Quelques citations d'Henry Druey


J’ai emporté plusieurs décisions importantes, souvent pour la seule raison que je savais ce que je voulais et que les autres hésitaient.


Aujourd’hui, il n’y a plus à hésiter, il faut choisir entre le pouvoir du prêtre et le pouvoir civil, entre les ténèbres et la lumière.


La Suisse n’est pas faite pour le droit d’asile, mais le droit d’asile est fait pour la Suisse …
La Suisse n’a pas le devoir de donner l’asile, mais nous en avons le droit !


Nous n’avons plus d’autre tribunal (une fois nos entreprises terminées) que notre conscience en première instance et Dieu en dernier ressort.

L’homme est un être passionné et il serait à regretter que la passion ne fût pas de ce monde.


Les coups, qu’on aime beaucoup recevoir de ses ennemis politiques et religieux, font toujours de la peine lorsqu’ils sont portés par ceux qui devraient rester des amis malgré les divergences d’opinion.


L’homme change, il faut que tout change avec lui ; mais il ne faut pas changer d’avance pour le forcer à changer lui-même.


La disposition pour la vie intérieure me fait tout considérer sous un point de vue sérieux, (poussé souvent trop loin) parce que je sens toute la valeur des choses.

C’est une mer à boire que le journalisme.

C’est l’Etat et non l’Eglise qui doit porter la culotte.


Le peuple donne volontiers sa confiance à celui qui réclame la lumière dans les domaines de la vie publique.


Le travail doit être organisé de manière à être accessible à tous ; supportable et équitablement rétribué.


La souveraineté est dans la totalité de la nation, et considéré sous ce point de vue, la nation prend le nom d’Etat.

Pour avoir du froment, il ne faut pas semer des pesettes. Pour avoir l’esprit suisse, il ne faut pas semer la souveraineté cantonale.

Je ne me lasserai pas de venir appuyer des restrictions à la liberté toutes les fois qu’elles me paraîtront utiles.